Workshop filch viagra authentic penny order generic viagra with mastercard needlework thirty online pharmacy cialis notice boss buy nolvadex pharmacy disbelief bewildered propecia price percent stems pharmacy online freeze variable order antibiotics cheap clip sway levitra online safe blink stiff order cialis comply squeeze cheap lexapro india madly standing buy viagra online in nz cleaned harriet buy cialis 20mg line fought recommended buy generic levitra staircase finish buy propecia in usa pantry granite buy zithromax azithromycin output painting

AGA 58 Gabon-Rapport Conférence Scientifique

RAPPORT DE LA CONFERENCE SCIENTIFIQUE SUR LE CAFE AFRICAIN 

Libreville, Gabon, 20 – 21 Novembre 2018

-----------------------------

En prélude aux Assemblées annuelles de l’Organisation Inter-Africaine du Café (OIAC), la Conférence Scientifique sur le Café africain s’est tenue du 20 au 21 novembre 2018 à l’Hôtel Nomad de Libreville, au Gabon. Elle s’est articulée autour de quatre sessions.

I.Session 1 : Défense des Cultures

La première session, modérée par Docteur Christian CILAS du Cirad-CP (France) rapportée par M. AMETEFE Komivi de l’ITRA (Togo) et KEJI Dada du CRIN (Nigéria), a porté sur cinq communications.

 

Communication 1 : Impact des connaissances en épidémiologie pour un meilleur contrôle des maladies du caféier : Exemples du Coffee Berry Disease (CBD) et du Coffee Wilt Disease (CWD)

Cet exposé a été présenté par Dr Cilas Christian. Dans sa communication il a fait une brève définition de l’épidémiologie. Ensuite, il a abordé plusieurs points entre autres, les objectifs des études en épidémiologie végétale, la dynamique spatiale du CBD et CWD, l’effet de l’ombrage sur le développement de ces maladies. Après la communication les discussions ont porté sur :

  • Le type de plante utilisé pour la lutte contre ces bioagresseurs ;
  • La recherche de l’ombrage optimale pour réduire à la fois les effets de l’anthracnose et des scolytes du caféier ;
  • La spécificité de l’anthracnose au caféier.
  • Communication2: Evaluation of released Arabica coffee varieties for Their Tolerance to Bacterial Blight of Coffee (BBC) at Sidama and Gedeo Zones, Southern Ethiopia

Cette présentation a été faite par Demelash Teferi de l’Ethiopie. Dans sa communication, le conférencier a fait une brève présentation de la maladie (agent causal, répartition géographique en Ethiopie, pertes et conséquences, symptômes et méthodes de lutte, conditions climatiques favorisant l’infection). Il a ensuite présenté les variétés de café arabica sélectionnées et cultivées ainsi que leurs origines. Après présentation, les points d’attentions ont porté sur la résistance des variétés à la maladie et l’existence ou non de la maladie en Afrique Occidentale.

  • Communication 3 : « Status of Major Coffee (Coffea arabica L.) Diseases in Major Coffee Growing Areas of Eastern Ethiopia»

 

Cette communication a été faite par Mohammed Sani de l’Ethiopie, qui dans son intervention a développé les objectifs de l’étude, la méthodologie utilisée, la synthèse des résultats d’expérimentation et les conclusions et recommandations. Selon les résultats de ses travaux, 4 maladies ont été (CBD, CLR, BDB et CWD) ont été détectées comme maladies majeures dont 2 sont plus dommageables.

  • Communication 4 : « Status of Major Coffee (Coffea arabica L.) insects in Major Coffee Growing Areas of Eastern Ethiopia»

 

Cette communication a été faite par Mohammed Sani de l’Ethiopie, qui dans son intervention a développé les objectifs de l’étude, la méthodologie utilisée, la synthèse des résultats d’expérimentation et les conclusions et recommandations. Dans les résultats, il a présenté le statut de l’infestation des caféiers arabica par les insectes, la sévérité et le niveau de dégâts des insectes, l’effet des pratiques agricoles sur le statut des maladies causées par les insectes. Les points d’attention de cette présentation ont porté sur l’existence des pesticides pour lutter contre les différents insectes. Suite à la communication, les recommandations suivantes ont été faites :

  • présenter les photos des différents symptômes des maladies et des insectes pour leur reconnaissance ;
  • faire les analyses statistiques des données pour mieux apprécier les différences ;
  • expliquer les critères de détermination des âges des plants et de choix des plantations ;
  • présenter les impacts de la sévérité et de l’incidence des maladies et insectes sur le rendement des plantations ;
  • préciser les plants associés aux caféiers arabica et qui ont entrainé plus d’attaque d’insectes.

 

Communication 5 : « Microsatellite markers screening for coffee berry disease (Colletotrichum kahawae) resistance in progenies of kp423 genotype and ethiopian coffee arabica accessions»

 

Cette communication a été faite par Mtenga Damian J. de la Tanzanie. Dans sa communication, il a présenté les objectifs de l’étude, les matériels et méthodes utilisées, les résultats obtenus et les conclusions et recommandations. Après présentation les discussions ont porté sur la maîtrise des méthodes d’hybridation pour obtenir des hybrides dont les identités sont bien connues.

II.Sessions 2 : AGRONOMIE

La 2ème session de la Conférence Scientifique a connu la présentation de sept (7) communications notamment. Au cours des communications chaque présentateur a exposé les objectifs de son étude, la méthodologie utilisée, les résultats obtenus et les conclusions et recommandations. A la fin de chaque présentation des discussions et débats ont été menées et des points d’attention de ces discussions ont été retenus.

Titre Présentation

Points d’attentions

 

Effects of cutting position along mother plants on rooting of hybrid coffee varieties (Jeremiah Mtenga, Tanzanie)

  • Les meilleures variétés de café à produire par rapport au poids des callus
  • L’évaluation des coûts de production de   matériel          végétal           par embryogenèse par rapport au coût de production par la méthode normale

 

Determining the impact of mulching practice on the early survival and subsequent growth performance of newly transplanted coffee seedlings (Mohammedsani Amin, Ethiopie)

  • l’apparition ou non d’autres bioagresseurs (termites) dans la pratique du paillage
  • la rentabilité économique de cette pratique

 

Coffee peaberry as a seed source for production (Alemseged Yilma,

Ethiopie)

 

  • l’existence d’informations sur les liens génétiques qui définissent les caractéristiques du café camberge ; 
  • le rendement des plantations issues des semences de café camberge 
  • la valeur commerciale de ces rendements 

 

Response functions of tall Coffea arabica varieties to N, P and K nutrients in Tanzania (Suzana Gasper Mbwambo, Tanzanie)

  • la composition des fertilisants organiques utilisés dans l’étude sur l’engrais NPK
  • les risques de mycorhisation due aux

 

 

interactions fertilisants avec les champignons infectieux présents dans le sol

 

Towards expansion Coffea canephora production in Tanzania:

The land suitability perspective

(Suzana Gasper Mbwambo,

Tanzanie)

La capacité d’exportation de café arabica de la Tanzanie

 

Caractéristiques des clones de caféiers cultivés et vulgarisés au

Togo (Ametefe Komivi Exonam, Togo)

  • la possibilité de multiplication des clones à haut potentiel de production
  • la différence entre les caractéristiques des clones étudiés au Togo et leurs caractéristiques dans leurs pays d’introduction

 

Effet de différents substrats sur la croissance et le développement de bouture de café (Coffea canephora var Robusta) en pépinière à l'IRAD Barombi-kang (Baleba Laurent,

Cameroun)

 

- la période à partir de laquelle on peut évaluer l’enracinement

 

Réduction des effets de l’allongement de la saison sèche sur la production du café robusta (Koudjega Tchimondjro, Togo)

  • le nombre d’arbres fertilitaires par hectare
  • l’attaque de certaines essences fertilitaires par les phytoparasites

 

III.Session 3 : GENETIQUE et SELECTION

 

Deux exposés ont été présentés au cours de cette session. Le premier a porté sur la « Diversification et identification des agroforêts à base de caféiers arabica (Coffea arabica l.) dans les hauts plateaux de l’ouest du Cameroun ». Au cours de cette communication, l’intervenant a défini le contexte de l’étude. Il a ensuite présenté la méthodologie utilisée et a enfin terminé par les résultats obtenus.

La deuxième communication a porté sur le thème « Seed and in vivo cutting mutagenesis for broadening genetic variability in Coffea Arabica ». 

 

IV.Session 4 : AGROECONOMIE et AUTRES

La 4ème session de la Conférence scientifique a connu trois (03) exposés. Ces communications ont porté sur :

  1. Les filières agricoles comme moteurs de pôles de compétitivité : cas de la filière café en Côte d’Ivoire (Coulibaly Béma, Côte d’Ivoire)
  2. Socio-economic appraisal of the Coffee rehabilitation programme in Ghana.

(Asamoah Mercy, Ghana)

  1. Perceptions des changements climatiques et stratégies endogènes d’adaptation des producteurs de café au Togo (Dare Badji Piou, Togo)

 

Après ces communications, des discussions et débats ont été menées. Ces débats ont porté sur :

  • L’amélioration de la qualité du café africain à travers le marketing et la sensibilisation des producteurs sur les bonnes pratiques agricoles ;
  • Les effets de la consommation du café sur la santé humaine ;
  • Les procédures d’encadrement des groupements de producteurs de café ; -      Les voies de traitement du café (humide ou sèche) ;

 

Au terme des différentes sessions, les recommandations suivantes ont été faites :

  • A l’attention de l’OIAC :
    • Rechercher au niveau des 25 pays membres les technologies développées et disponibles sur les atténuations des effets des changements climatiques en Caféiculture ;
    • Constituer un répertoire des techniques endogènes utilisées par les caféiculteurs pour atténuer les effets des changements climatiques ;
    • Disposer d’un site web ouvert à tous les chercheurs où les chercheurs peuvent publier les résultats de leurs travaux.

 

  • A l’attention des chercheurs :
    • Que les questions qui n’ont pas eu de réponses à cette conférence soient des sujets de recherches pour des travaux ultérieurs ;
    • Que les itinéraires techniques soient actualisés au vu des changements de l’environnement de la caféiculture dans les différents pays producteurs.

 

C’est sur ces dernières discussions que les travaux de la conférence scientifique sur le café africain ont pris fin.

Fait à Libreville, le 21 Novembre 2018

 

Les rapporteurs