Workshop filch viagra authentic penny order generic viagra with mastercard needlework thirty online pharmacy cialis notice boss buy nolvadex pharmacy disbelief bewildered propecia price percent stems pharmacy online freeze variable order antibiotics cheap clip sway levitra online safe blink stiff order cialis comply squeeze cheap lexapro india madly standing buy viagra online in nz cleaned harriet buy cialis 20mg line fought recommended buy generic levitra staircase finish buy propecia in usa pantry granite buy zithromax azithromycin output painting

AGA 58 Gabon- Rapport Symposium

ASSEMBLEES ANNUELLES DE L’ORGANISATION INTERAFRICAINE DU CAFE (OIAC)
SYNTHESE DES TRAVAUX DU 6E SYMPOSIUM DU CAFE AFRICAIN
LIBREVILLE, GABON, 26-27 NOVEMBRE 2018
Introduction
Le 6e Symposium du Café Africain s’est tenu les 26 et 27 novembre 2018, aux cours des Assemblées Annuelles de 2018 de l'Organisation Interafricaine du Café, à l’Hôtel NOMAD de Libreville, au Gabon. Placé sous la Présidence de l’Honorable Jean-Marie OGANDANGA, Ministre de l’Economie, de la Prospective et la Planification du Développement, représentant le Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la République du Gabon.
Ce symposium a vu la participation des Etats membres suivants : Angola, Benin, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Gabon, Ghana, République de Guinée, Kenya, Nigeria, République Démocratique du Congo, Sierra Leone, Tanzanie, Togo et Ouganda.
Le thème principal était: “Organisation du secteur café en Afrique pour un développement durable et inclusif ”. Ce Symposium s’est déroulé en quatre (4) panels qui suivent:
- Gestion de l’offre du Café africain face à la volatilité des prix;
- Transformation intégrée à l’origine: Facteur de croissance et de création de richesse;
- Le secteur du café africain face au défi du changement climatique; et
- La Zone de Libre-֤Échange du Continent Africain et ses implications sur la chaîne de valeur du café africain.
Déroulement:

Panel 1: Gestion de l’offre du Café africain face à la volatilité des prix
Sous la modération de Dr. Enselme GOUTHON, Secrétaire Général du CCFCC du Togo, les présentations faites par Dr. Denis SEUDIEU (OIC Londres) et M. Michael NDOPING (ONCC-Cameroun), ont porté sur les facteurs fondamentaux de la volatilité des prix, les facteurs extérieurs comme la spéculation qui exerce une pression sur les prix du café.
Les Panélistes ont fait des exposés sur les points suivants:

• Les tendances des prix du Café;
• Les causes de la volatilité des prix;
• La gestion de l’offre et de la qualité;
• Le contrôle des stocks; et
• Les difficultés des marchés locaux liées à la règlementation.
Des discussions qui ont suivies, les recommandations suivantes ont faites:
o Promouvoir la diversification à travers des projets comme le Café Gourmet;
o Encourager le positionnement d’un Café de meilleure qualité sur le marché;
o Promouvoir la commercialisation et la consommation domestiques;
o Inciter les politiques à soutenir la recherche pour une production plus rentable;
o Encourager les pays à tenir une base de données actualisée sur les vergers cafiers;
o Promouvoir le renforcement des capacités des petits producteurs;
o Soutenir la mise en place de programmes dédiés à la promotion des cafés africains;
o Amener les Etats membres à mutualiser leurs efforts pour améliorer la chaîne de valeur du café africain;
o Promouvoir d’autres produits dérivés du café pour une plus grande consommation locale;
o Encourager le secteur privé à développer la torréfaction;
o Encourager l’OIAC à créer un environnement propice pour la consommation du café en informant les institutions de santé sur les effets du café sur la santé; et
o Inciter les Etats à maitriser les statistiques sur la consommation du café et mettre en place des stratégies marketing en fonction de ces statistiques.

Panel 2: Transformation intégrée à l’origine: Facteur de croissance et de création de richesse
Avec pour Modérateur Dr. Koffi NGORAN, Directeur Général Adjoint du Conseil Café Cacao de Côte d’Ivoire, dont les panelistes sont Mme Kathleen DAHIR (Torréfacteur, Café Pierre André, Gabon) soutenus par Dr. Denis SEUDIEU (OIC) et Michael OWUSU-MANU (GHANA COCOBOD), ont partagé leurs expériences avec plusieurs participants en matière de transformation du café pour une croissance et une création de richesse. Les exposés ont porté sur les contraintes liées à la transformation locale et les défis et/ou challenges du secteur, ont abouti aux recommandations suivantes:
• Amener l’OIAC à soutenir d’avantage la formation des torréfacteurs locaux;
• Convaincre les autorités de l’importance des échanges du café dans le commerce international à travers des données objectives;
• Rendre accessibles à tous les pays membres toutes études disponibles à l’OIAC;
• Inciter d’avantage les pouvoirs publics à financer la recherche dans le secteur du café;
• Inciter les pouvoirs publics et les organismes tels que l’OIAC à jouer pleinement leur rôle de régulateur dans le secteur café en Afrique;
• Inciter les pouvoirs publics à mettre en place une politique commerciale favorable à la transformation locale; et
• Impulser une dynamique africaine dans le cadre des échanges inter africains.

Panel 3: Le secteur du café africain face au défi du changement climatique
Ce panel avait pour modérateur le Dr. AKIRI Morris (CABI). Les deux exposés présentés par les panélistes Dr. AGWANDA Charles (CABI) et Dr. ADABE Kokou Edoh (ITRA/CRAF-TOGO), ont parlé de l’impact du changement climatique sur le secteur du café africain et des résultats des observations faites spécifiquement au Togo. A l’issue des présentations, la synthèse de la discussion entre panélistes et participants est ci-après:
• Développer des variétés tolérantes à la sécheresse;
• Introduire des variétés résistantes/tolérantes aux maladies et ravageurs;
• Assurer une meilleure gestion des ravageurs et maladies;
• Promouvoir des systèmes de production intégrés;
• Introduire des cultures alternatives pour rendre durable la production agricole des familles;
• Donner accès à l’information aux agriculteurs.
• La sélection des variétés performantes à cycle court;
• La sélection des variétés résistantes/tolérantes aux maladies et ravageurs;
• Le développement des techniques culturales à la carte;
• L’identification des stratégies de financement durable pour la recherche,
• La recherche doit intervenir sur toute la chaîne de valeur du café;
• Préconiser une recherche à la carte, c’est-à-dire, spécifique aux réalités de chaque pays et encourager le partage d’expériences entre les chercheurs des différents pays; et
• Les Etats membres devraient accorder des budgets conséquents pour la recherche caféière afin de mieux adapter notre agriculture aux effets pervers du changement climatique.

Panel 4: La Zone de Libre-֤Échange du Continent Africain et ses implications sur la chaîne de valeur du café africain
Sous la modération de S.E. Amb. Josefa SACKO (Union Africaine), et de M. Michael NDOPING (ONCC-Cameroun), Dr. Frederick KAWUMA, Secrétaire Général de l’OIAC et le Pr. NKOULOU NKOULOU Jean-Louis de l’Université Omar Bongo du Gabon comme panélistes, les présentations ont porté sur la définition de la Zone de Libre Echange du Continent, ses objectifs, ses impacts sur la chaine de valeur du café africain, mais également sur les facteurs qui limitent ses avantages.
A la suite des différentes interventions, les recommandations suivantes ont été faites:
• Encourager les Etats membres à développer des stratégies pour réguler le secteur informel du café,
• Développer une approche synergique entre Etats membres pour mieux intégrer la ZLEC en matière de café;
• Développer des stratégies pour améliorer la qualité du café;
• Encourager les Etats à muter les leviers étatiques vers des économies de marché;
• Encourager les Etats à créer des externalités positives pour le secteur caféier africains;
• Promouvoir le secteur privé dans la chaine de valeur du café;

• Mettre en place des politiques commerciales stratégiques au niveau des Etats membres;
• Encourager les Etats membres à promouvoir les partenariats publics et privés;
• Promouvoir des partenariats Producteurs/Consommateurs pour la transformation du café;
• Encourager les Etats membres à porter un regard particulier sur les barrières tarifaires et la compétitivité de manière à rendre la ZLEC favorable au secteur caféier;
• Inviter l’OIAC à encourager les Etats membres à améliorer les Nouvelles Technologies de l’Information et de Communication pour faciliter l’environnement des affaires; et
• Inviter l’OIAC de développer des stratégies pour la mise en oeuvre de la ZLEC.
➢ Il s’agit pour l’OIAC de mettre en place une politique de mise en oeuvre de ces recommendations;
➢ Rapport adopté sous réserve d’ajout des contributions.
Conclusion
Les débats dans les différents panels ont permis aux participants de comprendre un peu plus les thèmes développés. Le 7ème Symposium est prévu pour se tenir à Nairobi Kenya en novembre 2019. Le thème principal et les différents panels seront communiqués ultérieurement.