Le café et la santé

En 10 questions

 

1. Le café a-t-il sa place dans un régime alimentaire responsable?

Le café contient des antioxydants, des minéraux (potassium, magnésium, manganèse) et de la vitamine B3 (niacine). Il ne contient aucune calorie. Par ailleurs, le café contribue à nos besoins quotidiens en liquides. Le café s’intègre donc parfaitement bien dans un régime alimentaire responsable.

2. Combien de tasses de café puis-je boire chaque jour?

La consommation de 4 ou 5 tasses de café par jour est tout à fait bénéfique. L’on part pour cela du principe que la tasse de café contient environ 80 mg de caféine. La quantité de caféine peut être supérieure ou inférieure, en fonction du mélange du café, de la méthode de préparation, de l’intensité du café et de la quantité consommée.

3. Dans quelle mesure le café offre-t-il une protection contre les maladies?

Il existe des indications scientifiques selon lesquelles le café a des effets protecteurs sur le développement d’affections du foie et de la vésicule biliaire. Les effets favorables du café en ce qui concerne la diminution du risque de développer un cancer du gros intestin, un diabète de type-2, les maladies d’Alzheimer et de Parkinson ont également été démontrés dans de nombreuses études.

4. Quels sont les effets du café sur l’hypertension?

Chez les personnes en bonne santé, qui consomment du café en quantités raisonnables, celui-ci n’a que peu ou pas d’incidence sur la pression sanguine. Chez les personnes qui ne sont pas habituées à consommer de la caféine, on observe une légère augmentation de la pression diastolique et systolique lorsqu’elles se mettent soudain à boire du café. Chez les personnes souffrant d’une hypertension légère, la caféine semble, dans certaines circonstances, augmenter la pression sanguine, renforçant l’effet du stress ou de l’effort physique.

5. Doit-on s’abstenir de boire du café en cas de désordres vasculaires?

Il n’existe aucun lien démontré entre la consommation de café filtre ou instantané et la fréquence des maladies cardiovasculaires dans le cadre d’une consommation de café normale. Ces types de café n’ont aucune incidence non plus sur le taux de cholestérol. Le café non filtré et celui produit par la cafetière à piston entraînent bel et bien une légère augmentation du taux de cholestérol.

6. La consommation de café doit-elle être découragée chez les personnes présentant des troubles du sommeil ?

Le café retarde le besoin de sommeil. L’effet stimulant de la caféine peut entraîner une légère augmentation du temps nécessaire pour trouver le sommeil. Dans l’ensemble, cependant, le café n’a pas d’incidence négative sur la qualité du repos nocturne. Les personnes qui ont du mal à s’endormir ont plutôt intérêt à boire du café décaféiné en soirée.

7. Le café fort provoque parfois des maux d’estomac. Pourquoi?

Les personnes ayant l’estomac sensible disent parfois qu’elles ne supportent pas le café, tandis que d’autres ne ressentent aucun problème. Les scientifiques n’ont pas encore découvert la cause de ces différences individuelles. L’on suppose dès lors que d’autres facteurs interviennent, comme l’association avec la nourriture ou les habitudes alimentaires.

8. Lorsqu’on a le diabète, on doit surveiller son alimentation de près. Le café peut-il être nocif?

Non, au contraire, même. Le café s’intègre parfaitement bien dans un régime alimentaire responsable. Il contient de précieuses substances nutritives, comme de puissants antioxydants. Par ailleurs, il semblerait que la consommation de café réduise le risque de développer le diabète de type-2. Chez les personnes buvant 7 tasses de café par jour, le risque de diabète a même été réduit de moitié.

9. Je suis enceinte. Puis-je boire du café?

La caféine n’est pas mauvaise pour vous ou pour votre bébé. Pendant votre grossesse, votre organisme va traiter la caféine plus lentement que d’habitude. C’est la raison pour laquelle les femmes enceintes ont tout intérêt à boire un peu moins de café que d’habitude pendant leur grossesse, à savoir pas plus de 3 à 4 tasses par jour.

10. J’ai mal à la tête lorsque je ne bois pas de café. Suis-je dépendant(e)?

L’on ne peut pas devenir dépendant au café ; les caractéristiques de la dépendance ne s’appliquent pas au café. Il est néanmoins possible que l’on soit tellement habitué à son café quotidien que des maux temporaires se développent en cas d’arrêt soudain. Si vous réduisez progressivement votre consommation de café pendant 2 à 3 jours, cela ne vous posera aucun problème.